La galvanotypie

La galvanotypie (de Galvani, et type, forme d’impression en relief) est une application de la galvanoplastie dans le domaine de l’imprimerie. Elle permet d’obtenir par électrolyse des moulages métalliques pour fabriquer des formes imprimantes en relief, appelées clichés ou stéréotypes, ou des formes en creux comme pour la gravure au burin, en taille-douce ou à l’eau-forte.

Repères historique
La galvanoplastie se développe au début du XIXe siècle avec les travaux de l’Italien Luigi Valentino Brugnatelli et surtout de Moritz Hermann von Jacobi à Saint-Pétersbourg, qui propose en 1837 le nom de galvanoplastie, en hommage à Galvani. Jacobi réalisera par ce procédé les sculptures de la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg. De son côté, la même année, Thomas Spencer poursuit les mêmes recherches en Angleterre. En France, la maison Christofle utilise industriellement la galvanoplastie.
Le domaine de l’imprimerie ne manque pas de s’y intéresser. Avec le développement des journaux et des livres, la composition des textes par le procédé inventé par Gutenberg et la demande en illustrations sont difficilement satisfaits. Il s’agit de multiplier les formes imprimantes des textes, des images, ou des deux combinés, au moyen de stéréotypes obtenus par moulage. La galvanoplastie offre des possibilités infinies grâce à sa précision. La mince plaque de cuivre obtenue est remplie au dos de plomb typographique, puis montée sur bois à hauteur de papier. Firmin Didot l’utilise en 1848 pour imprimer le billet de 100 francs1.

Techniques
La pièce à mouler ou à métalliser reçoit une couche de plombagine ou de graphite, en poudre impalpable, ou encore d’iodure d’argent, qui joue d’une part un rôle de conducteur électrique, spécialement lorsque l’objet n’est pas métallique lui-même (plâtre, gravure sur bois, etc.), et d’autre part facilite le démoulage. Cette partie est reliée au pôle négatif d’une pile (cathode), tandis qu’une électrode en métal destiné à l’opération (cuivre par exemple) est branchée au pôle positif. L’ensemble est plongé dans un bain conducteur (eau). Sous l’effet du courant électrique, le métal sous forme de cations quitte l’anode et va se déposer sur la cathode. Lorsque l’épaisseur du métal déposé est suffisante, on arrête l’opération et on retire la pièce de métal ainsi formée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s