Xylographie

La xylographie est un procédé de reproduction multiple d’une image sur un support plan, papier ou tissu, en utilisant la technique de la gravure sur bois comme empreinte.

Les essences de bois
Matériel propre à la technique de la gravure sur bois.
Le bois à graver ne doit être ni trop tendre, ni trop poreux, ni noueux. On doit choisir des espèces à veines serrées, de façon à obtenir des dessins fins et purs. Les meilleurs bois sont : le buis, le cormier et le poirier.
Viennent ensuite le pommier , le poirier sauvage, le merisier, le cerisier, l’oranger et quelques essences exotiques.

Repport du dessin sur le bois
Les illustrations que l’on veut graver sont dessinées sur le bois avec du crayon, une plus ou un pinceau, soit au trait, soit en indiquant les ombres par des hachures, telles que celles que doit produire la gravure ; c’est la méthode la plus utilisée. On peut remplacer ce dessin au trait par un lavis à l’encre de Chine ou à la sépia. Ces dessins seront tracés dans un sens contraire à celui de l’impression : ils doivent être exécutés à l’envers.

Encrage
Pour encrer le relief de la matrice en bois, on utilise un rouleau ou un tampon, avec une encre suffisamment ferme pour ne pas couler dans les creux.

Impression
On applique une feuille de papier contre le relief encré du bloc de bois. L’encre est transférée sur le papier par divers moyens : en frottant avec une cuiller ou en utilisant une presse.

Caractéristiques
La gravure sur bois oblige l’artiste à penser en termes de noir et blanc. Il n’est en effet pas possible d’obtenir des valeurs de gris, puisque toute éraflure sur la surface du bois apparaîtra en blanc à l’impression.

Repères historiques
En Occident, la gravure sur bois est employée sans discontinuer du XVe au XXIe siècle. Cette technique sert d’abord de procédé de reproduction pour l’imagerie populaire et religieuse. Puis l’invention de la typographie par Gutenberg initie l’essor du livre imprimé. La gravure sur bois est alors utilisée pour réaliser les illustrations qui accompagnent le texte. L’usage de la presse permet désormais des tirages à des centaines, voire des milliers d’exemplaires.

Au XVIe siècle se développe en Italie et en Allemagne le bois en couleurs, dit aussi camaïeu ou gravure en clair-obscur. Ces gravures en couleurs sont réalisées à l’aide de plusieurs planches, une par couleur. Au XIXe siècle, l’usage du bois de bout se répand pour l’illustration de journaux notamment.
Pour sa force d’expression, la gravure sur bois est toujours prisée des artistes aujourd’hui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s